Skip to main content

L’après crise #1

La période que nous traversons n’a pas son pareil, et a même été qualifiée de « guerre » contre le nouveau Coronavirus.

Cette « période de guerre » est d’autant plus étrange que nous ne voyons pas notre assaillant, mais il provoque une crise sanitaire dramatique, et l’ampleur des conséquences économiques et sociales est encore méconnue.

La distanciation sociale reste obligatoire et le sera encore pour de longues semaines dans les restaurants, les bars, les magasins et les moyens de transports (métro, bus et taxis/VTCs).

Bebop est une société éditrice de logiciels dont l’activité se concentre sur le MAAS (Mobility As A Service).

Notre ambition est de permettre à chacun de mieux se diriger dans l’environnement urbain, grâce à la connaissance précises des offres existantes.

Un de nos produits phares, Bebop Pro, est une solution à destination des entreprises et de leurs collaborateurs.

La technologie Bebop permet de choisir le meilleur véhicule (VTC ou Taxis, thermiques ou électriques…) en limitant ses dépenses pour arriver à destination.

Cela permet aux directions financières des entreprises de réaliser des économies et d’optimiser leurs tâches administratives, grâce à la centralisation des données de trajets et de factures des déplacements de leurs équipes.

Par les temps qui courent, autant dire que nous sommes plus que durement touchés : les déplacements sont prohibés et les entreprises tournent au ralenti.

Quelque soit la forme qu’il prendra, l’« après » gardera les stigmates des longues semaines de quarantaine des personnes et des organisations.

Il y a fort à parier que la situation que nous connaissions avant le confinement, ne revienne pas sous la même forme, pour laisser place à une « nouvelle normalité ».

Il est d’autant plus important alors de s’activer maintenant pour façonner le futur.

Les enjeux et défis qui attendent les directions générales seront énormes, et à n’en pas douter, le « Less Is More » sera, à court et moyen terme, la doctrine appliquée.

Il est de fait possible d’envisager plusieurs tendances qui devraient se dessiner, pour le monde professionnel.

En voici une sur l’effort dans la relance que les entreprises devront s’atteler à mettre en place :

Les entreprises feront face une dualité extrêmement forte pour faire repartir la machine : sans trésorerie ou presque, il faudrait conjuguer frugalité dans les dépenses (l’Etat Français les aura soutenus à bout de bras), avec une énergie qui devra être débordante dans la stratégie, l’action et la mise en place, pour rattraper le retard ou du moins, reprendre leur envol (pour les plus fragiles qui auront survécu).

Certaines industries bénéficieront peut-être du phénomène de « spending revenge », cette compensation dans une surconsommation de bien non-essentiels, mais cela ne concerne actuellement pas tous les secteurs et cela semble rester très ponctuel.

D’autres seront boudés pour encore un bon moment, et ne devront leur salut qu’à la confiance des ménages.

Ainsi, qu’elles soient TPE, PME ou Grands Groupes, les directions devront appliquer les bonnes pratiques et les efforts pour concilier ces 2 aspirations.

Face à l’état des lieux qui aura été fait une fois que le début du déconfinement démarré, audace et pragmatisme devront se conjuguer.

Transformer leurs outils et modes de travail, pour avancer afin de se reconstruire.

Faire preuve de créativité, tout en maitrisant les couts externes qui pourraient paraitre incompressibles car menés par l’offre et la demande.

D’un point de vue délibérément optimiste, il s’agit-là aussi d’un superbe défi à relever, doublé d’une vraie responsabilité (ainsi qu’une composante clé de leur réputation) pour ces organisations et, à ce titre, elle reste plus que jamais moteur de leur performance à venir.

Il existe déjà de nouveaux partenaires qui seront là pour les y aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.